#thinkoutsidetheschool

Joignez le mouvement !

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • SoundCloud - Black Circle
© Pléiade, 2019

 < Retour vers le blog

LE PLUS GRAND DÉFI DES PARENTS ET DES ÉDUCATEURS : ÉDUQUER LES JEUNES AVEC UNE CONFIANCE ABSOLUE EN LA VIE

 

 

 

 

Plutôt que de demander aux enfants ce qu’ils vont faire dans la vie, pourquoi ne pas les aider tout simplement à trouver un sens à leur vie ?

 

Il y a, dans cette nuance, une clef précieuse à intégrer dans la façon dont nous accompagnons chaque jour les enfants qui nous entourent. Que ce soit en tant qu’éducateurs, que parents ou qu’adultes qui côtoyons des jeunes au quotidien. Je crois fondamentalement que de cette simple sagesse pourrait émerger une révolution profonde en transformant notre façon de concevoir l'être humain et son éducation !

 

 

 

ASTRONAUTE, BALLERINE, CHANTEUSE,

MÉDECIN, COWBOY, COIFFEUSE.

 

 

 

Lorsqu’on se retrouve seul avec un enfant qu’on ne connait pas, il y a parfois une sorte de malaise. On ne sait pas trop quoi lui dire pour faire la conversation. On tente alors naturellement d'identifier un repère commun. Lorsqu'on y arrive difficilement, on finit bien souvent par sortir des phrases un peu toutes faites telles que : « Comment ça va à l’école ? »  ou encore le bon vieux classique :

 

 

« Que voudrais-tu être plus tard ?  »

 

 

 

 

 

 

Nous ne réalisons pas qu'aussi banale qu'elle puisse être, cette question répétée maintes et maintes fois s’imprègne rapidement dans la psyché des jeunes et devient centrale dans leur pensée et dans leur vision de la vie.  Parallèlement, l’école les pousse à développer quotidiennement des habiletés de différentes natures qui serviront elles aussi à les qualifier et leur permettre de se trouver un jour une profession.

 

Nous leur présentons le monde comme une expérience ayant pour but de développer une carrière.

 

L'objectif étant clair, ils tenteront de trouver à tout prix ce fameux métier qui leur permettra de bien vivre , idéalement sans trop de souffrance.

 

Prenant racine dans la peur, cette recherche constante du métier absolu les pousse souvent finalement à faire des choix rationnels qui résonnent bien souvent plus avec le mental qu’avec le cœur. En plus de pousser les jeunes à vivre dans le futur, elle réduit leur expérience de la vie à celle de travailleur. Ils adapteront alors cette vision du monde en laissant toutes les autres possibilités derrière.

 

Dans cette démarche entamée souvent à l'école, le choix du métier se fera rapidement et simplement pour quelques chanceux. On a d'ailleurs tendance à valoriser ceux et celles qui ont un parcours droit, car ils donnent l'impression de savoir où il s'en vont. J'ai pensé longtemps ne pas avoir eu cette chance.

 

À 25 ans, je sens encore le poids de cette recherche sur mes épaules et je réalise que plusieurs personnes de ma génération se retrouvent pris dans des angoisses similaires qui découlent de cette même recherche.

 

 

Vais-je finir par trouver THE THING !

 

 

 

 

 

 

 

SI MA VIE AVAIT UN SENS, QUEL SERAIT-IL ?

 

 

Lorsque l'on se met à formuler la question de cette façon, on laisse place à une recherche bien plus vaste et profonde que celle d'un simple métier. En s'appuyant sur cette vision en tant qu'éducateur nous évitons de réduire inconsciemment les enfants à de simples travailleurs et nous contribuons à leur offrir l'espace de vivre leur plein potentiel dans tous les aspects de leur Être.

 

Tout d'abord, faites-en l'essai pour vous-même. Vous ne pourrez offrir aux enfants ce que vous n'avez pas intégré pour vous-même.

 

Prenez un temps seul et demandez-vous :

 

Quelles sont les grandes expériences marquantes de ma vie ? Quelles sont mes forces naturelles ? Quelles sont mes faiblesses ?  Quelles sont mes aspirations profondes ?  Quel type de relation la vie m'a-t-elle amené à expérimenter jusqu'à présent ?  Voilà quelques indices qui peuvent nous aider à résoudre le mystère du sens de notre propre existence dans toute sa globalité.

 

Bien entendu, ces mêmes questions pourraient être posées dans l'unique désir de faire une analyse mentale de notre situation, dans l'idée de trouver ce que l'on devrait faire.

 

Mais ici, ce que je nous invite à faire est plutôt de se poser ces questions dans l'intention de  révéler ce que vous êtes déjà.

 

 

 

 

Lorsque je suis anxieuse face à ma vie «professionnelle» , je prends le temps de faire cet exercice. Instantanément, un sourire de Mona Lisa se dessine sur mon visage. J'adopte soudainement une posture de curiosité et de candeur face à ce qui se passe dans ma vie et à ce que je suis. Cette façon de dire les choses me permet de sortir de ma tête et d’habiter mon corps.  Mon coeur s'ouvre et je peux enfin me déposer et me détendre.

 

Je réalise alors que la seule chose que j'ai à faire est de connecter à cette partie plus wild en moi qui cherche simplement à faire ce qui lui fait le plus de sens à chaque instant.

 

 

 

 

 

 « La vie ne vous suit pas, vous devez suivre la vie ! » - Osho

 

 

  

 

 

TROIS ASTUCES POUR INTÉGRER

CETTE SAGESSE AU QUOTIDIEN

AVEC LES JEUNES QUE L'ON ACCOMPAGNE

 

 

 

+ LA NEUTRALITÉ BIENVEILLANTE : 1

L'art du fameux «lâcher prise» !

 

 

Adopter une posture de neutralité bienveillante ne veut pas dire de ne plus laisser transparaitre notre propre couleur en tant qu’éducateur. Au contraire, cela est important d’avoir l’espace de pouvoir le faire et les enfants gagnent beaucoup à avoir une diversité de modèles dans leur entourage. La neutralité dont il est question ici est plutôt celle qui nous permet de lâcher-prise sur nos attentes envers les enfants que nous accompagnons. De ne plus agir envers eux avec l’intention qu’ils développent certaines qualités ou compétences spécifiques ou encore qu’ils deviennent ou s’intéressent à une chose en particulier que nous avons jugée bonne pour lui ou pour elle. Nous sommes plutôt là pour les aider à développer leur autonomie afin qu’ils  puissent un jour atteindre leur propre but. Il s'agit alors de reconnaitre avec humilité que nous ne savons pas nécessairement mieux que les jeunes ce qui est bon pour eux. Notre rôle n’est pas de les modeler à notre guise. C’est à eux que revient le pouvoir de s’imprégner et de s’émouvoir naturellement de certaines choses en nous. Ainsi, une éducatrice ou un parent pourrait certainement avoir une très grande influence positive dans la vie d’un enfant à condition qu’il y ait un espace qui permette au jeune de regarder cet adulte en choisissant librement de s'inspirer d'une de ses qualités pour forger sa propre personnalité.

 

 

 

 

+ INITIER L'ENFANT À L'AUTO-OBSERVATION : 2

Conscientiser ce qui est vivant !

 

 

L’auto-observation permet une distance saine qui aide à conscientiser nos forces et nos faiblesses. Au quotidien, les parents et éducateurs pourraient alors initier l'enfant à ce processus en l'aidant à souligner ses talents, ses dons et ses intérêts.

 

« As-tu remarqué que tu es vraiment clair lorsque tu t'exprimes devant les autres ? »

 

« As-tu remarqué que tu as vraiment une facilité et une habilité à construire des objets avec tes mains ? »

 

« As-tu remarqué que tu es vraiment joyeuse quand tu reviens de jardiner ? Tu reviens toujours à la maison super enthousiaste et énergisée !»

 

Plus nous sommes précis dans les mots que nous choisissons, plus cela devient aidant pour le jeune.

 

Attention : Ne pas les flatter dans le sens du poil ! Ils ne sont pas idiots. Ils veulent du vrai !

 

Les enfants n’ont pas besoin de nous pour ressentir tout ce qu'ils vivent. Seulement, de mettre des mots sur ces ressentis et ces expériences peut aider à faire le point et c'est ce qui leur permettent de commencer à  conscientiser leurs habiletés et passions naturelles. Cela encourage la confiance en leur propre potentiel. Ils seront alors en mesure de faire le processus par eux-même plus rapidement et pourront observer des partie d'eux-même plus subtiles que nous ne sommes peut-être pas en mesure de percevoir en tant qu'accompagnant.

 

 

 

 

 

+ HONORER LES ÉLANS DU JEUNES : 3

Foutez-leur la paix et laissez les s'émerveiller !

 

 

La vie s’exprime à travers nous par des élans d’enthousiasme. De couper l’enfant de ses élans est donc de le couper de la vie. Les élans, c’est autant la plante vers laquelle le jeune va être soudainement aspirée, le sport qu’elle rêve de pratiquer, le jeu qu'il répète encore et encore et encore.

 

Les statistiques disent qu’un enfant de 2 à 3 ans s’enthousiasme toutes les 2 à 3 minutes. Et les mêmes statistiques disent que les adultes éprouvent la même quantité d’enthousiasme 2 à 3 fois par an !* Il est facile de banaliser ces moments de grande joie lorsqu’ils arrivent si souvent. Ils sont pourtant d’une importance cruciale pour le développement de l'enfant dans toute sa globalité.

 

Les enfants peuvent alors continuer à se ressentir et à reconnaitre et honorer la voix de leur intuition qui elle, connait le chemin. Ainsi nous ne sommes pas vraiment les guides de nos enfants, car ils sont les seuls à avoir accès à cette petite voix qui sait ce qui est juste pour eux-même. Dans un sens, c'est donc plutôt eux qui nous guident  en nous inspirant à écouter, nous aussi, les élans du coeur sans retenue ! 

 

 

« Le rôle des parents est évidemment de prendre soin physiquement des enfants, et le rôle des enfants est évidemment de prendre soin psychiquement des parents » -

 

Danièle Laberge

 

 

 

 

UN CHEMIN 100% ORGANIQUE

 

J’ai personnellement eu un chemin académique zigzagueux. Malgré tous les efforts des membres de ma famille pour me supporter et me comprendre, ils trouvaient cela décousu. À force de me le répéter, j’ai fini par le croire et vivre beaucoup de culpabilité. Je pensais que j’étais perdue et que cela représentait une immense faiblesse de ma part. Aujourd'hui, avec cette nouvelle façon d'observer mon parcours, je peux enfin aborder TOUTES mes expériences (autant celles que j'ai choisies que celles qui me sont tombées dessus) avec énormément de sens.

 

Non, le mouvement de ma vie n’est pas droit, mais il est parfaitement imparfait, car il est organique et naturel ! Il se dirige exactement là où il doit aller. La nature emprunte rarement un chemin droit pour atteindre ses objectifs. Voilà donc en quoi consiste le plus grand défi des éducateurs et des parents : avoir confiance en la vie malgré sa grande part de désordre !

 

 

« L'abondance se retrouve à mi-chemin entre l'ordre et le chaos. » - Auteur Inconnu

 

 

 

 

 

Ce qui est vivant nous indique le chemin juste pour nous-même, mais celui-ci est bien loin d'être toujours rationnel. Et ça, c’est effrayant pour nous et pour les gens qui nous aiment et nous supportent. Ce n'est pas par hasard que le mot «courage» dérive du mot latin cor qui signifie «coeur». Autant pour les parents que pour les enfants, d’entendre et de suivre la voie du coeur est un réel geste de bravoure.

 

Je suis persuadée que d’intégrer cette conscience quotidiennement est primordial et contribuera grandement à nous aider à transiter du paradigme du mental vers celui du coeur. Découvrir le sens de sa vie deviendrait alors une priorité lorsqu'il est question de l'éducation des enfant.

 

On ne peut le nier, leur offrir cette douceur éducative est un geste de grand respect envers eux et envers la vie. 

 

Tentons de conscientiser chaque jour qu'autant dans ses aspects sombres que dans ses aspects lumineux, la vie est orchestrée d’une manière fabuleuse.

 

 

 

 

 

Références |

 

1) L'enthousiasme, cet engrais qui fit fleurir l'enfance, André STERN. - Youtube Vidéo [https://www.youtube.com/watch?v=bb6V6ztxK4s] / consulté le11 mars 2018

 

 

 

 

 

 ELISABETH DUFRESNE

 

 

 

Fondatrice Pléiade | Éducation Permaculturelle

 

Habitée par un fort désir de contribuer au monde de l'éducation au Québec, Élisabeth s'engage dans un baccalauréat en enseignement primaire et préscolaire en 2015. Profondément déçue par le programme éducatif gouvernemental, elle y met un terme dès la première année pour explorer de nouvelles avenues plus respectueuses de l'être humain et de son environnement. Elle travaille à l'élaboration de nouveaux designs éducatifs qui sauraient catalyser au maximum le potentiel des enfants et des adultes qui les accompagnent. Détentrice d'un certificat en design de permaculture, elle puise dans le génie de la nature pour façonner ses initiatives. Sa formation de philosophie et méditation pour enfants lui permet d'accompagner les enfants en douceur dans la reprise de leur liberté et de leur dignité.

 

 

 

 

 

                   

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload